dimanche 21 avril 2024
AccueilnewsReligionsLe synode sur l'avenir de l'Eglise catholique suscite tensions et divisions, certains...

Le synode sur l’avenir de l’Eglise catholique suscite tensions et divisions, certains membres « ferment les écoutilles » pour éviter les pressions.

Le synode sur l’avenir de l’Église catholique, qui se déroule au Vatican du 4 au 29 octobre 2023, suscite déjà des tensions et des inquiétudes parmi les membres qui y participent. Le cardinal allemand Gerhard Müller, l’un des participants, a été invité à s’exprimer sur le sujet lors d’une émission sur la chaîne américaine EWTN, connue pour son conservatisme.

Depuis des semaines, le pape François insiste sur le fait que les débats du synode doivent rester confidentiels et ne doivent pas être divulgués publiquement. Il vise ainsi à favoriser un espace de dialogue et de réflexion sans pressions externes. Cependant, cette exigence de confidentialité a suscité des interrogations parmi les membres eux-mêmes, qui se demandent ce que le cardinal Müller pourrait révéler.

Le synode représente un enjeu majeur pour l’Église catholique, car il a pour objectif de repenser sa culture, d’intégrer davantage de laïcs dans la gouvernance et d’aborder des questions clivantes telles que le rôle des femmes, les violences sexuelles et l’accueil des personnes LGBT. Cependant, il divise déjà les membres de l’Église entre ceux qui espèrent des changements significatifs et ceux qui redoutent les conséquences de ces réformes.

Face à ces divisions internes, certains participants ont choisi de se couper de l’extérieur afin de ne pas être influencés par les pressions. C’est le cas d’un délégué qui affirme ne rien lire de ce qui se passe à l’extérieur tant qu’il est au synode. Cette volonté de se protéger de tout débat extérieur reflète les craintes de voir l’Église catholique se diviser davantage.

Il est indéniable que le synode suscite des passions et des positions radicalement différentes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église. Si certains délégués soulignent les échanges constructifs et l’ambiance fraternelle qui règnent lors des discussions, d’autres reconnaissent que certaines personnes restent fermées et hostiles au processus, ce qui entraîne des incompréhensions et des tensions au sein de l’assemblée.

L’une des raisons invoquées pour expliquer ces difficultés réside dans le sexisme qui existe encore au sein de l’Église catholique. Certains délégués reconnaissent que certaines personnes ne sont pas habituées à entendre des femmes s’exprimer et encore moins à devoir les écouter. Cette réalité représente un obstacle supplémentaire dans les débats et la recherche de consensus.

Dans un contexte où l’Église catholique est confrontée à de nombreux défis, le synode sur l’avenir de celle-ci suscite autant d’espoirs que de craintes. Il est donc primordial que les débats se déroulent dans un climat de respect mutuel et d’écoute, afin de parvenir à des décisions inclusives et en phase avec les attentes des fidèles.

Mots-clés: Pape François, synode, Vatican, Eglise catholique, Gerhard Müller, EWTN, laïcs, femmes, violences sexuelles, personnes LGBT, confidentialité, division, débats, réformes, tensions, sexisme

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE