mercredi 29 mai 2024
AccueilInternationalMondePetr Pavel, nouveau président tchèque: retour d'un modéré proeuropéen

Petr Pavel, nouveau président tchèque: retour d’un modéré proeuropéen

Petr Pavel, l’ancien chef d’état-major tchèque élu président

Le 28 janvier 2023, les résultats des élections présidentielles en République tchèque ont confirmé la victoire prédite par les sondages : l’ancien chef d’état-major tchèque Petr Pavel a remporté plus de 58 % des voix. Sur scène devant ses soutiens, le nouveau président à la cravate saumon s’est montré rassembleur en tendant la main à ses opposants : « Je sais que beaucoup sont déçus parce que leur candidat n’a pas gagné. Mais je ne vois pas d’électorat gagnant ou perdant dans ce pays. Des valeurs comme la vérité, la dignité, le respect et l’humilité l’ont emporté. Je suis prêt à rendre ces valeurs au Château [siège de la présidence] et à notre République. »

Petr Pavel, qui revendique une République tchèque ancrée dans l’Union européenne et dans l’OTAN, ainsi que le soutien à l’Ukraine en guerre, prend la relève du prorusse et eurosceptique Milos Zeman. Son prédécesseur avait été à la limite d’outrepasser ses fonctions au sein de la présidence. « Petr Pavel pourrait être un président effacé, ce qui serait une bonne chose, cela le rapprocherait du rôle du président tel qu’assigné par la Constitution », analyse Tomas Kostelecky, chercheur à l’institut de sociologie de l’Académie tchèque des sciences.

Le mode de scrutin direct fait du scrutin présidentiel l’élection de prédilection des Tchèques. À l’extérieur du QG de Petr Pavel, samedi, des dizaines d’électeurs étaient venus saluer l’homme au collier de barbe blanc. « J’ai voté pour Petr Pavel pour son honnêteté et sa courtoisie. J’aurais eu honte d’être tchèque si M. Babis l’avait emporté », indique Sarka Vlkova, 44 ans. « C’est un moment symbolique, qui pourrait bien apaiser les divisions au sein de la société et rétablir un climat de dialogue et de tolérance, comme au temps de Vaclav Havel », estime Michael Zantovsky, directeur de la bibliothèque Vaclav-Havel.

Andrej Babis, le rival de Petr Pavel, a aussitôt félicité son adversaire et appelé ses électeurs à reconnaître sa propre défaite. Puis le milliardaire a joué sa carte antisystème habituelle : « L’adversaire a été très fort. Ce n’était pas juste les cinq partis au pouvoir mais également les médias. » Au cours de sa campagne, l’homme d’affaires avait accusé son adversaire d’être le candidat « du gouvernement ».

La démocratie parlementaire tchèque attribue au président des fonctions essentiellement cérémonielles, même s’il est le chef des armées et peut apposer son veto aux textes de loi. Avec Petr Pavel à la tête de la présidence, la République tchèque pourrait bien retrouver un climat de dialogue et de tolérance, comme au temps de Vaclav Havel.

Mots-Clés: Petr Pavel, République tchèque, Andrej Babis, Milos Zeman, Vaclav Havel, Union européenne, OTAN, Ukraine.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE