mercredi 29 mai 2024
AccueilInternationalAfriqueLes secrets des embaumeurs de l'Egypte antique dévoilés par une étude

Les secrets des embaumeurs de l’Egypte antique dévoilés par une étude

Dans l’Egypte antique, la mort était considérée comme une étape vers la vie éternelle. Cependant, pour atteindre cet objectif, il fallait que le corps du défunt soit préservé de la décomposition et de la destruction. Pour cela, les Egyptiens qui pouvaient se le permettre faisaient appel à des embaumeurs et à leurs baumes, huiles et onguents, dont les ingrédients sont restés mystérieux jusqu’à aujourd’hui. Une étude internationale publiée le 1er février dans la revue Nature a permis de lever le voile sur ces recettes et sur les circuits commerciaux par lesquels les embaumeurs se procuraient les produits exotiques qu’ils utilisaient.

La momification, un processus qui prenait dix semaines, comportait des actes rituels et consistait à dessécher le cadavre à l’aide de natron, à l’éviscérer, à en retirer le cerveau par le nez, à traiter la peau avec des mixtures et à l’emmailloter dans des bandelettes enduites de substances. Le climat très sec de l’Egypte favorisait ainsi la préservation des corps.

Les scientifiques qui ont mené cette étude ont bénéficié de la découverte d’un atelier d’embaumeur en activité aux VIIe et VIe siècles avant notre ère, dans la grande nécropole de Saqqarah, dans la région de Memphis, au sud du Caire. Une cache contenant des récipients, dont certains portaient des inscriptions sur les substances et des instructions pour leur usage, a été retrouvée. Une trentaine de ces poteries, essentiellement des gobelets et des bols, ont été sélectionnés pour l’étude.

Maxime Rageot, chargé de cours au département de préhistoire et d’archéoscience de l’université de Tübingen (Allemagne) et premier auteur de l’article, a expliqué que les résidus des mixtures employées par les embaumeurs n’étaient pas visibles à l’œil nu mais piégés dans la matrice argileuse des poteries. Les scientifiques ont donc abrasé la surface de ces céramiques pour récupérer les substances et les analyser. Ils ont ainsi pu constater l’incroyable préservation de ces produits à travers le temps et identifier des molécules très volatiles provenant d’huiles essentielles.

Mots-Clés: Saqqarah, Egypte antique, Maxime Rageot, Nature, embaumeurs, momification, natron, huiles essentielles.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE