mercredi 29 mai 2024
AccueilHigh-TechJO 2024 : La vidéosurveillance intelligente adoptée par le Sénat

JO 2024 : La vidéosurveillance intelligente adoptée par le Sénat

Le Sénat a très largement voté, mardi 24 janvier, pour l’expérimentation de caméras dotées d’algorithmes à compter de cette année. L’objectif est de pouvoir déployer ce dispositif pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a souligné que ce texte contenait « les ajustements incontournables pour aller au bout de nos engagements et de nos besoins opérationnels pour la livraison et le bon déroulement des JO ». 243 voix ont été prononcées en faveur de l’article, contre 27 voix contre.

Cette loi arrive quelques mois après le fiasco de la finale de la Ligue des Champions, fin mai 2022, au Stade de France. Les autorités souhaitent sécuriser les JO de Paris, susceptibles d’attirer 13 millions de spectateurs et quelque 600 000 personnes pour la cérémonie d’ouverture le 26 juillet 2024. Pour cela, elles réclament l’aide de caméras permettant de détecter des mouvements suspects dans les foules, des objets abandonnés, ou encore des analyses statistiques de flux de fréquentation.

Le Conseil national des barreaux (CNB) et l’association La Quadrature du Net ne sont pas favorables à cette mesure. Les sénateurs communistes et écologistes ont également marqué leur opposition. Thomas Dossus (EELV) a regretté que les JO servent de « prétexte pour jouer aux apprentis sorciers » et qu’elles deviennent un « accélérateur de la surveillance ». Les sénateurs PS sont soucieux « d’accompagner le développement dans de bonnes conditions ».

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est venu défendre cette mesure. Il a expliqué qu’il était important de « développer un cadre français » et de « cribler » les personnes dans les fan zones pour « ne pas laisser un énorme champ d’action aux terroristes ». La mise en place de scanners corporels pourrait aussi supplanter le manque d’agents de sécurité privée. Un vote solennel est prévu le 31 janvier.

Mots-Clés: Amélie Oudéa-Castéra, Gérald Darmanin, Jérôme Gavaudan, Thomas Dossus, David Assouline, Marc-Philippe Daubresse, La Quadrature du Net, Conseil National des Barreaux, France, Paris, Jeux Olympiques 2024.

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE