mercredi 24 juillet 2024
AccueilEn directMonstrueuse obésité à la plage: un fléau mondial !

Monstrueuse obésité à la plage: un fléau mondial !

Une personne en surpoids, sur le littoral. PHILIPPE TURBIN/PHOTONONSTOP

Parcourir dix mille pas et plus.
Une fois de plus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sonne l’alarme. Près de 1,8 milliard d’adultes dans le monde sont exposés au risque de maladies en raison d’une activité physique insuffisante en 2022. Ce chiffre est en augmentation de 5 % par rapport à 2010, d’après une analyse conjointe de chercheurs de l’OMS et d’universitaires publiée dans la revue The Lancet Global Health le mercredi 26 juin. Les 507 études menées dans 163 pays ont été prises en compte. « Le monde n’évolue pas dans la bonne direction, » a déclaré Rüdiger Krech, directeur de la promotion de la santé à l’OMS, lors d’une conférence de presse précédente. Si cette tendance persiste, le taux d’inactivité risque d’atteindre 35 % d’ici 2030, ce qui préoccupe l’organisation. Environ 1,8 milliard de personnes ne respectent pas les recommandations en termes d’activité physique pour maintenir leur santé, nécessitant au moins cent cinquante minutes d’activité physique modérée par semaine (comme la marche, la natation, ou le vélo…) ou soixante-quinze minutes d’activité intense (comme la course à pied ou les sports collectifs…) ou une combinaison des deux. Krech a souligné que « l’inactivité physique est une menace silencieuse pour la santé mondiale » et représente un écart important par rapport aux objectifs fixés par l’OMS pour 2030. Cette inactivité accroît les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de certains cancers (comme ceux du sein et du côlon), ainsi que de troubles mentaux. Près de 500 millions de personnes pourraient développer des pathologies liées à l’inactivité physique entre 2020 et 2030, entraînant des coûts annuels estimés à 27 milliards de dollars (25 milliards d’euros), selon Leanne Riley, médecin au département des maladies non transmissibles de l’OMS.
Les taux d’inactivité physique les plus élevés ont été observés dans la région Asie-Pacifique à revenu élevé (48 %) et en Asie du Sud (45 %), avec des chiffres allant de 28 % dans les pays occidentaux à revenu élevé à 14 % en Océanie. Malgré ces résultats préoccupants, 22 pays semblent sur la bonne voie, dont la France où le taux est de 23,2 %. Une autre tendance confirmée est que le manque d’activité physique affecte en moyenne davantage les femmes (33,8 %) que les hommes (28,7 %). Dans près d’un tiers des pays, l’écart dépasse 10 %. De plus, l’âge est un facteur prépondérant, avec une augmentation significative de l’inactivité après 60 ans.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE