vendredi 21 juin 2024
AccueilEn directMatignon prend le train: le grand départ

Matignon prend le train: le grand départ

Face aux enjeux climatiques et à la nécessité de relancer le réseau ferroviaire français, le gouvernement a annoncé ce vendredi 24 février un plan d’investissement de 100 milliards d’euros. Un scénario ambitieux, concocté par le Conseil d’orientation des infrastructures, et soutenu par le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou.

La lutte contre le réchauffement climatique passe par une révolution dans les transports qui représentent à eux seuls un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Cela passe bien sûr par la voiture et par le camion électriques mais aussi par un report massif des déplacements de la route vers le train, dix à cinquante fois moins polluant que l’automobile. C’est pourquoi le patron de l’opérateur souhaite passer la part du train dans les déplacements de 10 % à 20 %.

Pour convaincre la population, il faut donc moderniser le réseau ferroviaire français, l’un des plus vétustes d’Europe. Tout à son engagement dans le prestigieux et très rentable TGV depuis quarante ans, la compagnie et l’Etat ont sous investi dans le reste du réseau, notamment celui de proximité et du quotidien. Ainsi, le train français, celui qui marche, est un « train de riche », bien plus cher que la voiture ou l’avion.

Même avec d’excellents résultats financiers comme en 2022, le groupe ne peut financer, avec pourtant près de 3 milliards d’euros par an, que l’entretien du réseau, pas sa modernisation. A l’Etat et donc au contribuable de faire le reste du chemin. D’où les 100 milliards. La facture sera largement partagée – le COI estime que les collectivités et l’Europe en prendront une bonne part – mais cela représente une somme considérable, surtout au regard de l’endettement public. Alors on fera des choix. Le TGV Bordeaux-Toulouse attendra que passe le RER. Un changement de perspective.

Ce plan d’investissement représente une occasion unique pour la France de transformer le réseau ferroviaire français, et de s’inscrire dans le combat pour le climat. Il s’agit de réinventer le train pour les voyageurs du quotidien, et de le rendre plus accessible et plus abordable. Cette transformation nécessite des efforts considérables et un investissement massif, mais elle est indispensable pour l’avenir de notre planète.

Mots-Clés: Jean-Pierre Farandou, SNCF, Réchauffement Climatique, TGV, RER C, France, Collectivités, Europe.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE