vendredi 1 mars 2024

Pénurie d’antibiotiques en France : le gouvernement prend des mesures radicales pour protéger la population !

Le gouvernement français compte rendre la délivrance de certains antibiotiques à l’unité obligatoire en cas de pénurie. Cette information, relayée par Franceinfo et l’Agence France-Presse (AFP), a été confirmée par Le Monde. La mesure entrera en vigueur si le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est adopté par le Parlement.

Au-delà de pallier les problèmes de pénurie, cette décision pourrait également contribuer à réduire le gaspillage d’antibiotiques. En effet, la France est l’un des pays européens où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. L’hiver dernier, le pays a dû faire face à une pénurie d’amoxicilline, un antibiotique largement utilisé contre certaines infections bactériennes.

Cependant, les pharmaciens se montrent perplexes quant aux modalités pratiques de cette mesure et dénoncent un problème de traçabilité. Selon Pierre-Olivier Variot, le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, découper les blisters d’emballage pose des problèmes pour la traçabilité en terme de numéro de lot.

Il est important de noter que la vente à l’unité de certains médicaments, notamment des antibiotiques, a déjà été expérimentée en France entre novembre 2014 et 2015. Cette expérience, menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, a été couronnée de succès. En conséquence, le principe d’une délivrance à l’unité de certains médicaments a été inscrit dans la loi en 2020 et devrait être effectif à partir de 2022.

Dans sa lutte contre les pénuries de médicaments, le gouvernement français envisage également d’autoriser les pharmacies à effectuer des diagnostics en cas de suspicion d’angines ou de cystites, puis à délivrer un traitement sans ordonnance en cas de résultat positif. Cette mesure vise à rendre le système de santé plus accessible et à désengorger les cabinets médicaux.

En plus de ces mesures, le gouvernement s’engage à relocaliser la production de médicaments essentiels, à revoir les prix de certaines molécules, ainsi qu’à améliorer la gestion des stocks. Dans une interview accordée au journal économique Les Echos, le ministre délégué à l’industrie, Roland Lescure, a annoncé un plafonnement de la contribution financière que les laboratoires pharmaceutiques doivent reverser à l’Assurance-maladie en cas de dépassement d’un certain seuil de chiffre d’affaires. De plus, en cas d’arrêt de production d’un des 6 000 médicaments d’intérêt thérapeutique majeur, l’Etat pourra demander à l’entreprise de céder gratuitement l’exploitation du médicament pendant deux ans, en l’absence de repreneur.

Mots-clés: gouvernement, antibiotiques, pénurie, délivrance à l’unité, gaspillage, consommation, amoxicilline, pharmacie, traçabilité, pharmaciens, blisters, loi, expérimentation, diagnostic, système de santé, relocalisation, production, prix, gestion des stocks, laboratoires, Assurance-maladie, Roland Lescure, médicaments, thérapeutique majeur.

articles similaires

Articles Récents