mardi 5 mars 2024

Exploit économique : la France réduit son déficit commercial de façon spectaculaire !

La France connaît une réduction de son déficit commercial durant le premier semestre 2023, passant de 89 milliards d’euros au second semestre 2022 à 54 milliards d’euros, selon les données publiées par le ministère délégué chargé du commerce extérieur, de l’attractivité et des Français de l’étranger. Cette amélioration est principalement attribuée à la baisse de la facture énergétique, grâce à la chute des prix du pétrole et du gaz qui a allégé les importations de 9,4%. Les exportations, quant à elles, ont légèrement diminué de 0,8%. Ce résultat est d’autant plus bienvenu que la France avait enregistré en 2022 un déficit commercial historique de 164 milliards d’euros.

Cette performance exceptionnelle se traduit également dans la contribution du commerce extérieur à la croissance de l’économie française. Depuis trois trimestres, les échanges de biens et services sont devenus l’un des moteurs de croissance, une situation qui n’avait pas été observée depuis une décennie. Au quatrième trimestre 2022 et au premier trimestre 2023, le solde extérieur a ainsi contribué à la croissance à hauteur de 0,5 point, puis de 0,7 point au deuxième trimestre 2023. Cette contribution positive du commerce extérieur contraste avec le reste de l’économie, qui affiche des résultats plutôt négatifs selon Véronique Janod, économiste chez Natixis.

Le maintien global des exportations est attribuable à certaines branches qui ont réalisé de belles performances. L’aéronautique, par exemple, a retrouvé son niveau record de ventes de 2019, devenant ainsi le fer de lance de l’exportation française avec un excédent commercial de 16 milliards d’euros, en hausse de 12% par rapport à fin 2022. Le secteur automobile a également connu une augmentation de ses ventes à l’étranger grâce à la popularité croissante des voitures électriques et hybrides, avec une augmentation de 8%. Les parfums et cosmétiques ainsi que le textile ont également enregistré de bonnes performances avec une hausse respective des ventes de 7% et 3%. En revanche, l’agroalimentaire a connu une contraction de ses ventes de 5% en raison du retour à la normale des prix.

Malgré ces résultats encourageants, il reste à voir si cela annonce un redressement durable de la balance commerciale de la France. Les économistes se montrent moins catégoriques sur ce point. Selon Sylvain Bersinger, économiste au cabinet Asterès, l’amélioration du premier semestre serait davantage liée à des éléments conjoncturels plutôt qu’à des éléments structurels. Par exemple, le secteur du matériel de transport, fortement touché par la pandémie de Covid-19, bénéficierait encore en début d’année d’un effet rebond lié à l’atténuation des pénuries de semi-conducteurs.

Mots-clés: France, déficit commercial, premier semestre 2023, ministère délégué chargé du commerce extérieur, baisse des prix du pétrole et du gaz, facture énergétique, exportations, contribution du commerce extérieur, croissance, aéronautique, automobiles, parfums et cosmétiques, textile, agroalimentaire, matériel de transport, pandémie de Covid-19.

articles similaires
Articles Récents