jeudi 13 juin 2024
AccueilPolitiqueScandale des violences policières : un policier incarcéré, Emmanuel Macron sous le...

Scandale des violences policières : un policier incarcéré, Emmanuel Macron sous le feu des critiques !

Titre: Réactions d’Emmanuel Macron suite aux propos du directeur général de la police nationale sur les violences policières

Dans une interview aux « 13 heures » de TF1 et de France 2, Emmanuel Macron a réagi aux propos tenus par Frédéric Veaux, directeur général de la police nationale. Ce dernier avait souhaité la libération d’un policier de la BAC de Marseille, incarcéré dans le cadre d’une enquête sur des violences policières commises en marge des récentes émeutes.

Le chef de l’État a refusé de commenter directement ces déclarations, mais il a exprimé sa volonté de comprendre « l’émotion » des policiers suite aux émeutes. Il a toutefois rappelé que « nul en République était au-dessus de la loi » et que la « légitimité » des policiers provient du fait qu’ils protègent le cadre républicain et font respecter les lois démocratiquement votées.

Emmanuel Macron a également souligné que les policiers doivent agir dans le cadre de la loi et de l’état de droit. Quant à la question de la détention provisoire du policier de Marseille, il a précisé qu’il s’agit d’une décision prise par un magistrat et donc il ne se prononcera pas sur celle-ci. En tant que garant des institutions et de l’indépendance de l’autorité judiciaire, il ne peut interférer dans le travail de la justice.

Le président de la République a tenu à rappeler que lors des émeutes, 900 policiers ont été blessés et qu’ils ont été confrontés à une « violence extrême ». Il considère donc qu’il est important de « prendre en compte cette émotion ». Il a également souligné l’importance du respect de l’État de droit et de la poursuite du travail de la justice dans la sérénité et en toute indépendance.

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a également réagi sur Twitter en affirmant que la justice doit poursuivre son travail dans la sérénité et en toute indépendance. Il souligne que c’est une condition indispensable au respect de l’État de droit, qui est le fondement de notre démocratie.

Olivier Leurent, président du tribunal judiciaire de Marseille, a lui aussi rappelé que l’indépendance de la justice est un principe constitutionnel et une garantie essentielle dans un État de droit. Il précise que la décision contestée a été prise par un magistrat indépendant, dans le cadre d’un débat contradictoire où toutes les parties ont pu s’exprimer librement. Il ajoute que l’appel de cette décision sera examiné prochainement.

En conclusion, il est souligné qu’il est de la responsabilité de tous de garantir la sérénité du cours de la justice, et cela inclut les agents et magistrats des services judiciaires ainsi que les services de police. Ce climat de confiance réciproque est indispensable au bon fonctionnement de nos institutions républicaines.

Mots-clés: Emmanuel Macron, Frédéric Veaux, police nationale, Marseille, violences policières, émeutes, République, loi, état de droit, indépendance judiciaire, ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, tribunal judiciaire, magistrat, détention provisoire, sérénité, institutions républicaines.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE