vendredi 24 mai 2024
AccueilPolitiqueL'exécutif échoue dans son objectif d'élargir la majorité à l'Assemblée : le...

L’exécutif échoue dans son objectif d’élargir la majorité à l’Assemblée : le gouvernement se rétrécit

Remaniement gouvernemental : l’élargissement de la majorité reste un objectif non atteint

La période des « cent jours » et le remaniement n’y ont rien fait : l’élargissement de la majorité relative à l’Assemblée nationale reste un objectif non atteint par l’exécutif. Le choix d’Emmanuel Macron de conserver sa première ministre, Elisabeth Borne, puis de nommer, jeudi 20 juillet, six députés macronistes (cinq Renaissance et un MoDem) sur les huit nouveaux entrants au gouvernement signe un « rétrécissement » politique de l’équipe gouvernementale, comme le dénoncent les oppositions.

Une équipe gouvernementale qui se replie sur les fidèles du chef de l’Etat

Aucune personnalité de la gauche ou de la droite parlementaire ne figure parmi les nouveaux entrants. Cette absence est interprétée par les oppositions comme un « signal que justement rien ne va changer ». Marine Le Pen, présidente du groupe Rassemblement national au Palais-Bourbon, avait déjà avancé cette analyse mercredi dernier. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a lui ironisé, jeudi, sur « un gouvernement replié sur le dernier carré des fidèles » du chef de l’Etat.

La débâcle de la réforme des retraites

Pour tourner la page de la contestation sociale de la réforme des retraites, Emmanuel Macron avait donné « cent jours » à sa cheffe du gouvernement pour « continuer à élargir cette majorité autant qu’elle le pourra ». Mais les semaines qui ont suivi à l’Assemblée ont surtout fait la démonstration de l’impossibilité pour la majorité relative de nouer des coalitions durables avec les groupes d’oppositions. La stratégie du « texte par texte » prônée par Elisabeth Borne n’a pas réussi à convaincre. « Si le président de la République voulait travailler d’une autre manière, en faisant une coalition avec nous, “une union sacrée” comme le dit Laurent Wauquiez, c’est à lui de faire le premier pas. Mais je crois qu’il n’en a pas envie », analyse la députée Les Républicains (LR) de l’Orne, Véronique Louwagie.

Le camp présidentiel se défend des critiques

Le camp présidentiel réfute tout enlisement au Parlement en mettant en avant le nombre de 49 textes adoptés durant la première année de la législature, dont trois « seulement » avec le recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution, qui permet l’adoption d’une loi sans vote (les deux textes budgétaires et la réforme des retraites). Le chef de l’Etat, dans son discours d’ouverture du conseil des ministres du vendredi 21 juillet, a également souligné que plus de lois ont été adoptées au cours de l’année écoulée que durant les six années précédentes.

Mots-clés : remaniement gouvernemental, majorité relative, Assemblée nationale, oppositions, Elisabeth Borne, Emmanuel Macron, politique, chef de l’Etat, retraites, coalition, textes adoptés, loi.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE