vendredi 1 mars 2024

La droite parisienne prépare une écrasante victoire qui va mettre la gauche à genoux !

La droite parisienne, dirigée par Rachida Dati, affiche une grande confiance à quelques semaines des élections sénatoriales. Catherine Dumas, sénatrice sortante et tête de liste officielle du parti Les Républicains (LR), déclare lors d’une rencontre dans un café chic des Invalides que l’union de gauche n’est qu’une façade, avec des luttes internes au Conseil de Paris et une coalition uniquement motivée par la répartition des postes. Selon elle, un raz-de-marée électoral aura lieu le 24 septembre, emportant la gauche au-delà des quatre sénateurs sortants. L’objectif de Catherine Dumas est d’entamer une dynamique de reconquête de Paris en vue des élections municipales de 2026.

La liste de la droite parisienne se veut cohérente, avec une équipe possédant de multiples compétences et une complémentarité certaine. Francis Szpiner, avocat et maire du 16ème arrondissement, se positionne en numéro deux sur la liste et met en avant la force de cette cohésion. Cependant, Catherine Dumas se montre moins enthousiaste en révélant qu’elle espère seulement trois sièges pour sa liste, peut-être quatre si les conditions électorales sont favorables. En comparaison, la gauche vise plutôt sept ou huit sièges. Cette prévision moins optimiste reflète une division persistante au sein de la droite.

En effet, la présidente de la fédération de Paris et eurodéputée, Agnès Evren, a été évincée de la liste officielle de LR et entre en conflit avec Rachida Dati. Elle se présente donc en dissidence et risque de faire perdre des élus à la liste officielle en s’alliant avec les centristes. La cinquième place lui avait été proposée, mais elle l’a refusée, selon Catherine Dumas. Agnès Evren, assurée d’être élue en tant que tête de liste, prévoit néanmoins de travailler avec LR au Sénat. Pierre Charon, sénateur sortant, a également quitté la liste officielle pour monter son propre mouvement, « Libérons Paris ! », qui est composé uniquement de personnes inconnues en politique. Son but est de « renverser la table ». Francis Szpiner minimise l’impact de ces dissidences, qualifiant celle de Pierre Charon de simple effet nuisible, une liste pas très sérieuse.

En conclusion, la droite parisienne, dirigée par Rachida Dati, affiche une confiance certaine à quelques semaines des élections sénatoriales. Toutefois, la division persistante au sein de ce camp nuit à leur ambition de reconquête de Paris. Agnès Evren et Pierre Charon se sont écartés de la liste officielle de LR, créant ainsi des dissidences qui pourraient affecter les résultats des élections. Cependant, Catherine Dumas table sur une élection de trois sièges, voire quatre, pour sa liste, tandis que la gauche vise davantage. Il faudra attendre le 24 septembre pour connaître les résultats définitifs de ces sénatoriales parisiennes.

Mots-clés: scrutin sénatorial, droite parisienne, Rachida Dati, Catherine Dumas, Conseil de Paris, postes, raz-de-marée électoral, élections municipales, territoire parisien, baronnies, cohérence politique, compétences, complémentarité, alliance de circonstance, centristes, dissidences, Pierre Charon, Libérons Paris, effet de nuisance.

articles similaires

Articles Récents