mercredi 29 mai 2024
AccueilPolitiqueComment le PS peut-il regagner la confiance de ses militants?

Comment le PS peut-il regagner la confiance de ses militants?

Ali Laazaoui, secrétaire du Parti socialiste (PS) de Tourcoing (Nord), exprime la tristesse de ses pairs suite au résultat du scrutin interne du parti : « On le vit très mal, bien sûr ». 55,47 % des socialistes nordistes ont voté pour Olivier Faure et ne comprennent pas le procès fait à son candidat d’avoir fait le choix de la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (Nupes). « C’est du pragmatisme, un simple accord politique, pas une fusion », défend M. Laazaoui.

Louisette Rousseau, militante depuis 2000 et sympathisante depuis plus longtemps encore, exprime sa résistance malgré les difficultés : « Je tiens bon, mais c’est dur ». La retraitée de Wattrelos, où la section PS s’est réduite comme peau de chagrin, réclame « le changement » et « une gauche forte ». Elle n’a toujours pas digéré la loi travail de 2016, sous le mandat du socialiste François Hollande : « J’en suis tombé de ma chaise ».

François, un autre militant, enseignant en zone d’éducation prioritaire, n’est pas allé voter : « Fini pour moi, ils m’ont tous désespéré depuis longtemps ». Il a choisi Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle et hésite encore à rejoindre La France insoumise (LFI).

Rémi Boussemart, le responsable des Jeunes Socialistes dans le Nord, où la ligne Faure domine, blâme l’autre camp : « L’équipe Mayer-Rossignol avait la volonté de jeter, tout de suite, le discrédit sur le scrutin, parce qu’ils savaient qu’ils allaient perdre. »

Véronique, socialiste lilloise, en veut à Olivier Faure d’avoir « géré le parti en dépit de tout ce qui est notre histoire : le respect des minorités. Faure a maltraité son opposition ». Elle prévoit « le pire des scénarios » pour l’avenir du PS : « Il restera toujours deux partis qui continueront à s’affronter ».

Le Parti socialiste est en proie à une profonde crise. Les militants sont tristes et en colère face au résultat du scrutin interne et à l’absence de respect des minorités. Ils réclament le changement et une gauche forte, mais craignent que le PS ne soit pas à la hauteur.

Mots-Clés: Ali Laazaoui, Louisette Rousseau, François, Rémi Boussemart, Véronique, Tourcoing, Nord, Wattrelos, Lille, Olivier Faure, Nupes, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise (LFI).

articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

aujourd'hui
POPULAIRE