vendredi 24 mai 2024
AccueilnewssportsLe maire Payan triomphe avec Didier Drogba à Marseille !

Le maire Payan triomphe avec Didier Drogba à Marseille !

A Marseille, le 9 mai, devant la mairie, le maire, Benoît Payan (divers gauche), accompagné de l’ex-footballeur Didier Drogba. THEO GIACOMETTI / HANS LUCAS POUR « LE MONDE »

La scène aurait presque de quoi amuser. Benoît Payan, les bras en l’air devant l’hôtel de ville de Marseille, aux côtés de la star du football Didier Drogba, entouré de jeunes en maillot bleu ciel de l’Olympique de Marseille. Ce jeudi 9 mai, lors du relais de la flamme olympique, le maire divers gauche, en compagnie de ses deux adjointes principales, Michèle Rubirola et Samia Ghali, lève les bras au ciel, comme s’il célébrait une victoire électorale. Et cela en rappelle un peu une précédente, lors de la visite du pape François en septembre 2023, où il avait capté toute la lumière des premières cérémonies de l’événement mondial.

Pendant deux jours, l’élu n’a pas cessé de sourire. C’était son moment et il comptait bien en profiter. « Je me régale », confirme-t-il jeudi, au deuxième jour des festivités olympiques, où il était omniprésent, saluant les relayeurs de la flamme, prenant des selfies, serrant des mains et se réjouissant des acclamations du public. « C’est Payan qui va tirer les marrons du feu », constate un membre de son cabinet. « Il en ressort institutionnellement fort », ajoute un écologiste municipal.

En fin de journée, devant le Stade-Vélodrome, il trône toujours, aux côtés de Samia Ghali, de Renaud Muselier (Renaissance), président de la région, et de Martine Vassal (divers droite), présidente du département et de la métropole, réunis autour de Didier Drogba, qui vient d’allumer le chaudron de Paris 2024. Le cliché parfait pour symboliser la « trêve olympique » que les politiciens marseillais auraient décidé de respecter. Mais en coulisses, derrière l’image d’une ville « au centre du monde », le jeu des ego et de la communication entre les politiciens locaux a été constant ces deux jours de liesse urbaine. « La trêve ne va pas durer », prévenait déjà Renaud Muselier, avec un clin d’œil malicieux.

La seconde journée du relais de la flamme n’avait que débuté, jeudi, que le président de la région accueillait Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) Paris 2024, et Amélie Oudéa-Castéra, ministre des sports et des Jeux olympiques, sur le parvis de la grotte Cosquer, reproduction de la grotte préhistorique dans la calanque de la Triperie.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE