vendredi 21 juin 2024
AccueilEn directLoi logement : crise ignorée, classes moyennes privilégiées!

Loi logement : crise ignorée, classes moyennes privilégiées!

Le secteur du logement est souvent complexe à appréhender pour le grand public, mais le nouveau projet de loi sur le développement des logements abordables qui sera discuté au Parlement mi-juin apporte des éclaircissements clairs. Selon les termes de ce texte, une crise du logement existe depuis 2022. Il est souligné que les classes moyennes rencontrent des difficultés croissantes pour se loger à un coût abordable près de leur lieu de travail, notamment dans les zones tendues.

Néanmoins, ce projet de loi ne s’attaque pas à la crise structurelle qui augmente les coûts du logement pour tous, conduisant les plus vulnérables à se retrouver sans domicile ou dans des conditions de logement précaires. Il cible en réalité les classes moyennes, un concept assez flou pour que la majorité pense être concernée. Il est à noter que 70% des ménages ont des revenus éligibles au logement social, soulignant le besoin crucial de ce type de logements pour ceux pour qui les loyers du marché sont inaccessibles.

L’exposé des motifs de la loi évoque la nécessité de produire davantage de logements libres, intermédiaires et sociaux là où la demande et les emplois sont présents. Cependant, si la loi est adoptée en l’état, la chute de la production de logements sociaux risque de s’accentuer. Pourquoi le nombre de logements financés est-il passé de 113 000 en 2017 à seulement 82 000 en 2023 ? Depuis 2018, l’État taxe les organismes HLM à hauteur de 1,3 milliard d’euros par an via un dispositif nommé « Réduction de loyer de solidarité », obligeant ces organismes à financer la baisse des dépenses d’APL de l’État.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE