vendredi 21 juin 2024
AccueilEn directLes algues vertes : symptômes d'un choix politique désastreux et d'un modèle...

Les algues vertes : symptômes d’un choix politique désastreux et d’un modèle agricole insoutenable en Bretagne

Nitrates et algues vertes en Bretagne : un choix politique insoutenable

La Bretagne, réputée pour son environnement naturel riche, est chaque été jonchée d’algues vertes, un phénomène visible depuis les années 1960. Ce problème est directement lié à un modèle d’agriculture intensive très porté sur la production animale. Les nitrates issus des pratiques agricoles des bassins-versants bretons représentent un facteur aggravant la prolifération des algues vertes, qui se déposent surtout dans huit baies côtières. Cette agriculture intensive s’avère insoutenable, et la pollution qu’elle engendre par les nitrates et les phytosanitaires est à l’origine de l’émission de gaz à effet de serre et de la dégradation de la biodiversité et des sols.

La récente annonce de la mise en place d’un troisième plan interministériel algues vertes par l’Etat et la Région Bretagne constitue une belle opportunité pour réfléchir sur l’impressionnante quantité des plans depuis 2011 et surtout sur la nécessité de mettre en place un projet de transformation des filières et des territoires. En réalité, les deux premiers plans annonçaient l’éradication totale des algues vertes pour 2027. Le second plan, qui date de 2017, prévoit une baisse de 30 % sous la barre des 10 milligrammes par litre pour les concentrations en nitrate dans les cours d’eau. Le futur troisième plan en cours de discussion, espère obtenir une réduction de 20 % environ des concentrations. Un objectif bien en-deçà de l’objectif initial, qui se situe comme un échec flagrant.

Il est important de mentionner que le choix d’un modèle d’agriculture intensive est identique à celui des bassines poitevines. Face à une contrainte environnementale pressante (la sensibilité du littoral et la rareté de l’eau), les solutions reposant uniquement sur la sobriété et la technologie limitent les possibilités de changements plus radicaux et durables. La réduction de la part des terrains consacrés aux productions animales et l’abaissement des densités animales sur de plus grands territoires figure parmi les impératifs en la matière, en Bretagne et en Poitou.

Les scientifiques répètent depuis des décennies le risque de l’effondrement de la biodiversité et de l’impact du changement climatique sur les méthodes utilisées par les industries agricoles et les gouvernants. Ces réalités, ignorées par ces derniers, condamnent les mégabassins et l’agriculture intensive. Des initiatives plus conscientes et plus viables sont nécessaires pour préserver l’environnement naturel de la Bretagne et assurer ainsi une qualité de vie pour les populations locales.

Mots-clés : nitrates, algues vertes, Bretagne, agriculture intensive, effet de serre, biodiversité, plan interministériel, bassines poitevines, densités animales.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE