vendredi 21 juin 2024
AccueilÉconomieLa Provence en danger : un plan social déguisé menace plus de...

La Provence en danger : un plan social déguisé menace plus de 60 postes !

La reprise du journal La Provence par Rodolphe Saadé, PDG de CMA-CGM, avait suscité beaucoup d’enthousiasme parmi les salariés du journal. En effet, Xavier Niel, fondateur de Free, avait accepté de vendre sa part de 11% dans le capital du journal à l’armateur français. Cependant, un an plus tard, un plan de gestion des emplois et des parcours professionnels (GEPP) est en train d’être élaboré, ce qui inquiète les salariés. Selon Audrey Letellier, déléguée du Syndicat national des journalistes (SNJ), ce plan est en réalité un plan social déguisé.

Ce plan devrait être présenté en détail le 15 novembre et les négociations avec les organisations syndicales devraient commencer à la fin du mois de décembre. Pour la rédaction du journal, ce plan signe la fin de la promesse d’embaucher un journaliste pour chaque départ. En effet, depuis le rachat du journal, 64 collaborateurs ont quitté l’entreprise grâce à la clause de cession, mais seulement une trentaine de postes ont été pourvus par des contrats à durée déterminée se terminant en décembre.

Cette fois-ci, ce sont environ 60 postes qui devraient être supprimés sur un total de 610 employés, toutes fonctions confondues. L’impact sur la rédaction du journal n’est pas encore connu, mais parmi les 80 employés des professions techniques, une vingtaine a déjà quitté l’entreprise. Rodolphe Saadé a justifié ces suppressions de postes en déclarant que « une entreprise saine ne peut pas continuer à perdre 10 millions d’euros chaque année ».

En effet, depuis l’acquisition du journal, CMA-CGM a déjà dépensé 81 millions d’euros et a dû verser 29 millions d’euros de dédommagements à Xavier Niel. L’objectif initial était de ramener le journal à l’équilibre financier en 2026, mais cet objectif a été revu à la hausse et doit être atteint dès 2024. Cela semble être un défi difficile à relever, d’autant plus que les ventes papier de La Provence ne connaissent pas le rebond espéré, même si la rédaction a été reprise en main.

En effet, le journal a perdu près de 5 000 exemplaires quotidien sur un total de 65 000 numéros diffusés en un an. De plus, les investissements dans le numérique ne portent pas encore leurs fruits. Face à ces difficultés, il faudra trouver des solutions pour assurer la survie et la rentabilité du journal La Provence.

Mots-clés: La Provence, Rodolphe Saadé, Xavier Niel, CMA-CGM, plan de gestion des emplois et des parcours professionnels, GEPP, Syndicat national des journalistes, plan social déguisé, clause de cession, rédaction, suppressions de postes, pertes financières, ventes papier, investissements numériques.

articles similaires
aujourd'hui
POPULAIRE